«Avec le bio, on peut nourrir la population mondiale»

«Avec le bio, on peut nourrir la population mondiale»

Pour obtenir la même quantité d’aliments, le bio a besoin d’environ 40% de plus de terres que l’agriculture conventionnelle. Si la population mondiale se convertissait au tout bio, il faudrait jusqu’à 80% de terres supplémentaires. D’immenses surfaces forestières seraient sacrifiées au profit des terres arables.

mardi 23 février 2021

En bref

  • Si l’on voulait que le tout bio devienne la règle à l’échelle de la planète, les surfaces cultivées devraient augmenter massivement.
  • Ces surfaces supplémentaires seraient gagnées au détriment des marécages, des forêts et des milieux naturels. La biodiversité serait encore plus mise sous pression. L’accroissement des surfaces cultivées n’est pas envisageable non plus du point de vue climatique.
  • Investir de l’énergie, du travail et des matières premières pour des rendements maigres, voire nuls, c’est faire une utilisation peu efficiente des ressources. Les pertes de récolte se traduisent par une diminution des revenus agricoles, une hausse des prix à la consommation et des conséquences sur l’environnement et le climat.

En 2050, la Terre comptera près de 10 milliards d’habitants. Le passage à une alimentation 100% bio nécessiterait de mobiliser jusqu’à 81% de terres en plus, comme l’a calculé l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Du fait d’une productivité moindre, les variations de rendement dans l’agriculture biologique se ressentent plus fortement. La stabilité des rendements de l’agriculture bio est plus faible, ce qui a des conséquences sur la sécurité alimentaire.

Fortes baisses des rendements

Si l’agriculture biologique a besoin de plus de terres, c’est parce que ses rendements sont plus bas. Greenpeace estime que les rendements de l’agriculture en Allemagne reculeraient en moyenne de 40% en cas de conversion au 100% bio. Pour le blé, qui représente la principale culture en Suisse, il faudrait s’attendre à une diminution des rendements de près de 60%. Sur mandat de l’association de branche Agrar, l’Université Humboldt de Berlin et agripol ont réalisé en 2013 une étude qui a montré que si l’Allemagne se convertissait au 100% bio dans l’agriculture, les récoltes de blé chuteraient de 12,1 millions de tonnes, soit la quantité nécessaire pour nourrir 184 millions d’êtres humains.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir