Bio Suisse rejette les méthodes de sélection modernes

Bio Suisse rejette les méthodes de sélection modernes

Lors de leur réunion d'avril 2023, les délégués de Bio Suisse ont rejeté l'utilisation de nouvelles méthodes de sélection dans l'agriculture biologique. Ainsi, l'association biologique se ferme la possibilité de devenir plus productive et durable grâce à des sélection précises et modernes, telles que l'introduction de tolérances aux maladies avec l'outil d'édition génétique CRISPR/Cas. Comme l'écrit le "Tages-Anzeiger", la décision des délégués a été claire et il n'y a pas eu de véritable débat de fond sur le sujet.

mardi 9 mai 2023

Les opinions étaient apparemment déjà faites, bien qu'il y ait eu récemment un mouvement dans le débat public. Par exemple, l'expert bio Urs Niggli défend depuis longtemps la sélection précise. Dans une interview avec le "Tages-Anzeiger", il déclare que les aliments sont le résultat d'interventions techniques dans la nature depuis 15 000 ans, y compris dans l'agriculture biologique : "Chaque méthode de sélection modifie le noyau cellulaire".


Le bio mise sur la chimie et la radioactivité

La création de nouvelles variétés de plantes, que ce soit avec des techniques de sélection conventionnelles ou nouvelles, est toujours une intervention dans la nature. Dans l'agriculture biologique également, des méthodes de sélection visant à modifier le génome des plantes sont utilisées. Dans le cas de la mutagenèse, les plantes sont traitées avec des produits chimiques ou des radiations radioactives, ce qui entraîne des mutations génétiques aléatoires. De nombreuses variétés de blé à pâtes sont basées sur de telles méthodes. La mutagenèse est également autorisée en agriculture biologique, bien qu'en réalité un grand nombre de gènes soient modifiés. Les nouvelles techniques de sélection sont beaucoup plus précises.

Ironiquement, les variétés de blé qui fonctionnent particulièrement bien en agriculture biologique sont basées sur la mutagenèse. Cet exemple montre que Bio Suisse ne s'intéresse pas à un débat fondé sur la science. Selon Urs Niggli, les raisons du rejet des nouvelles techniques de sélection sont davantage liées au marketing : "Elles servent les intérêts de commercialisation propres à Bio Suisse", déclare-t-il au "Tages-Anzeiger".


Slalom sur le génie génétique

Cependant, la relation de Bio Suisse avec la sélection conventionnelle n'est pas toujours aussi simple, car toutes les applications ne sont pas rejetées. Lorsque l'agriculture biologique se retrouve en situation d'urgence, elle a recours volontiers aux méthodes de l'agriculture conventionnelle. Ainsi, les méthodes biotechnologiques les plus avancées sont autorisées par Bio Suisse lorsque la levure biologique est insuffisante ou lorsque les poussins peuvent être protégés d'un virus dangereux grâce à un vaccin génétiquement modifié. En revanche, Bio Suisse rejette les méthodes de génie génétique qui pourraient améliorer le bien-être animal. Avec l'outil d'édition génétique CRISPR/Cas, il serait possible d'éviter l'abattage des poussins mâles en sélectionnant uniquement les poussins femelles.

Le Royaume-Uni a approuvé l'édition du génome à des fins commerciales à condition qu'elle concerne uniquement les gènes spécifiques à l'espèce. Le Parlement suisse souhaite également suivre une voie similaire. Dans ce contexte, l'édition du génome n'est qu'une continuation de la mutagenèse décrite ci-dessus, avec l'avantage que les nouvelles techniques de sélection n'impliquent pas de traitement chimique ou de radioactivité et sont beaucoup plus précises. Il est incompréhensible que Bio Suisse ne veuille pas tirer parti de ces avantages, car les agriculteurs biologiques sont également confrontés au défi de produire davantage avec moins de ressources à l'avenir.

Articles similaires

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Autres contributions dans Actualité