Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

L'OFAG profite d'un jugement annexe du Tribunal administratif fédéral pour émettre une directive contenant des «mesures d'assainissement» en raison de la «contamination» de l'eau potable par des produits de dégradation du chlorothalonil. Cette nouvelle directive n’améliore pas la sécurité juridique, comme le suggère également l'OFAG dans son communiqué. La sécurité juridique et une utilisation prudente des ressources de l'Etat auraient été garanties si l'OFAG avait attendu le jugement dans l'affaire principale pour émettre sa directive. Car celui-ci n'a toujours pas été prononcé. Et selon plusieurs experts, il n'est pas urgent d'agir.

samedi 25 mai 2024

Cela s'est passé à Seldwyla. Afin de mieux doser le trafic d'accès à la ville, il a été décidé d'installer des «portiers» sur les axes d'entrée, c'est-à-dire des signaux lumineux qui stoppent le trafic individuel et donc l'accès à la ville au moyen d'un feu rouge lorsque le trafic est bloqué dans la ville elle-même. De telles installations de portiers ont également été installées dans les communes avoisinantes. Cela a été publié au préalable dans les journaux officiels et les personnes concernées ont pu faire opposition. Cela a également été le cas dans l'une des communes de banlieue.

Malheureusement, les planificateurs dans la lointaine capitale cantonale avaient planifié «les portiers» entre deux quartiers de cette commune de banlieue et non de la planifier correctement à l'extérieur de la commune. Le délai de recours a été fixé pendant les vacances d'été, sans doute dans l'espoir que personne ne le verrait. En conséquence, la construction du portique a commencé pendant le délai de recours en cours. Les habitants du quartier concerné s'y sont opposés avec succès. Le portique déjà construit a dû être démoli et reconstruit à la limite extérieure de la commune. On entend dire que cet exercice aurait coûté plusieurs centaines de milliers de francs aux contribuables. Conclusion : il aurait mieux valu attendre.

Une situation similaire, avec des conséquences financières incomparablement plus importantes, menace désormais dans le cas du chlorothalonil.

«Syngenta perd dans le litige – l'eau suisse est considérée comme contaminée. Les autorités peuvent à nouveau désigner la substance active chlorothalonil ou ses produits de dégradation comme étant importants du point de vue toxicologique.» C'est le titre du journal des agriculteurs dans son édition du 24 mai 2024.

L'élément déclencheur est une nouvelle communication et une directive de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) datée du 23 mai 2024 et intitulée : «Chlorothalonil : sécurité juridique concernant la valeur maximale pour l'eau potable».

Le faits

  • En 2020, Syngenta avait déposé une plainte auprès du Tribunal administratif fédéral contre l'interdiction contradictoire du chlorothalonil. Ce jugement n'a toujours pas été rendu.
  • Syngenta avait également porté plainte contre la communication de l'OFAG, compétent en la matière, car cette communication a entraîné des mesures concrètes. En effet, malgré la procédure de plainte en cours, l'OFAG avait émis une directive obligeant les cantons, les communes et les fournisseurs d'eau potable à prendre des mesures. Ils doivent veiller à ce que la valeur maximale (contestée dans le procès principal !) soit respectée. Comme l'indique la directive de l'OFAG, cela «ne peut être atteint, dans certaines circonstances, qu'au moyen de mesures très coûteuses en termes de temps, de finances, de politique ou d'écologie».

Après avoir interdit à l'OFAG d'émettre la directive 2020 à titre préventif, le Tribunal administratif fédéral a rejeté cette plainte annexe de Syngenta concernant la communication de l'OFAG. Le tribunal écrit dans sa motivation : «La question de savoir si une réévaluation a eu lieu (...) et si celle-ci est en outre inadmissible ou admissible, exige un examen matériel de la décision de révocation. Or, cette question doit être examinée dans la procédure de révocation. Dans cette mesure, la demande de la recourante revient à obtenir un préjudice dans une affaire secondaire pour la procédure de révocation. Or, c'est dans la procédure judiciaire relative à la révocation du produit phytopharmaceutique qu'il faut examiner si la révocation a été effectuée à juste titre». En d'autres termes, le jugement encore en suspens concernant l'interdiction du chlorothalonil sera décisif.

Or, c'est l'OFAG qui crée un précédent, c'est l'OFAG avec sa nouvelle communication suite à cette décision secondaire. Sous le titre «Sécurité juridique concernant la valeur maximale pour l'eau potable», il suggère que le tribunal a pris une décision matérielle et que Syngenta a perdu le litige concernant l'interdiction. Sur son site Internet, l'OFAG ne mentionne pas une seule fois le jugement encore en suspens dans l'action principale. Il préfère créer un précédent coûteux : en ordonnant aux cantons, aux communes et aux fournisseurs d'eau potable de prendre des mesures dans un délai de deux ans afin d'empêcher la «contamination» de l'eau potable par les produits de dégradation du chlorothalonil, l'office fédéral la décision dans l'affaire principale contestée et condamne les fournisseurs d'eau à prendre des mesures immédiates.

Éviter l'incertitude dans la population et les «ordres d'assainissement» hâtifs était précisément l'intention de la plainte subsidiaire de Syngenta, désormais rejetée le 20 mars 2024 par le Tribunal administratif fédéral. Que que se passera-il si le Tribunal administratif fédéral, dans sa décision principale déterminante contre l'interdiction contradictoire du chlorothalonil, arrive à la conclusion que ni la substance mère ni les produits de dégradation trouvés dans les eaux souterraines ne sont probablement cancérigènes - et donc que toutes les mesures ordonnées par l'OFAG ne sont pas du tout nécessaires ? Qui prend en charge ces coûts ? Les contribuables, comme dans le cas des feux de signalisation de Seldwyla ? Selon le TagesAnzeiger, les experts estiment les dépenses à plusieurs centaines de millions de francs.

La nouvelle directive n’augmente pas la sécurité juridique, comme le suggère l'OFAG dans son communiqué. Bien au contraire. La sécurité juridique aurait été garantie si l'OFAG avait attendu la décision sur le fond pour émettre une directive. Les mesures coûteuses et les «assainissements» ont le temps, surtout en période de finances publiques limitées, d'attendre que le besoin éventuel d'assainissement soit constaté par un tribunal. Car ce que l'OFAG, en tant qu'office compétent, n'écrit nulle part, mais que Kurt Seiler, qui préside la commission Eau potable et eau de baignade de l'Association des chimistes cantonaux, déclare au TagesAnzeiger : «Il n'y a pas lieu de paniquer». Urs Von Gunten, de l'institut de recherche Eawag, déclare lui aussi dans le même article : «Il n'y a pas de danger immédiat pour la population». Le laboratoire cantonal du canton de Zurich le résume bien dans sa prise de position détaillée du 10 septembre 2020, aux pages 38 et 39 : «Des études scientifiques montrent que même l'eau potable contenant plus de 0,1 µg/l de métabolites de chlorothalonil est sûre et peut être bue sans crainte» et «la décision finale du tribunal montrera si la justification des mesures est conforme à la loi».

Qu'il soit «pertinent» ou «non pertinent» est pertinent

Le fait qu'un produit de dégradation d'un produit chimique soit «pertinent» ou «non pertinent», c'est-à-dire sans danger pour l'homme et l'environnement, joue un rôle. En effet, les produits de dégradation «pertinents» ou métabolites sont soumis à des valeurs limites beaucoup plus basses : 0,1 microgramme par litre au lieu de valeurs maximales allant jusqu'à 10 microgrammes par litre pour les métabolites «non pertinents». Si les deux métabolites du chlorothalonil les plus fréquents (et surtout les plus contestés), R417888 et R471811, sont trouvés dans les échantillons prélevés dans 520 stations de mesure au cours de la dernière année de mesure publiée par l'OFEV en 2022, la valeur limite de 0,1 microgramme par litre est dépassée à 32 endroits pour R417888 et à 162 endroits pour R471811. Une valeur de mesure > 1 microgramme par litre est dépassée à 2 endroits seulement pour le R471888 et à 17 endroits pour le R471811. Comme la valeur maximale pour les métabolites non pertinents est de 10 microgrammes par litre, on peut supposer qu'elle n'est dépassée à aucun endroit. Le graphique de dépassement présenté par l'OFEV de manière «préoccupante» semblerait tout à coup inoffensif et le texte dramatique devrait être adapté....

Une fiche d'information sur l'interdiction du fongicide chlorothalonil et sur le contexte du litige se trouve ici : Faits concernant l'interdiction du chlorothalonil en Suisse (PDF, 147.93 KB)

Articles similaires

Boire de l'eau sans crainte
Actualité

Boire de l'eau sans crainte

La pureté de différentes eaux minérales a été analysée pour l'émission romande de consommateurs « A Bon Entendeur ». Dans certaines d'entre elles, des résidus de produits de dégradation du produit phytosanitaire chlorothalonil ont été trouvés. Selon l'écotoxicologue Nathalie Chèvre de l'Université de Lausanne, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter.

Un rapport d'expertise remet en question l'interdiction d’un pesticide
Politique

Un rapport d'expertise remet en question l'interdiction d’un pesticide

Le 12 décembre, la Confédération annonçait interdire le fongicide chlorothalonil, bien qu'un rapport d’expertise ait jugé deux produits de dégradation «non pertinents».

Recul dramatique du nombre de produits phytosanitaires autorisés
La protection phytosanitaire Actualité

Recul dramatique du nombre de produits phytosanitaires autorisés

La palette de produits phytosanitaires à disposition des agriculteurs suisses se rétrécit de plus en plus. De nombreux principes actifs disparaissent du marché sans que, dans le même temps, la Confédération n’en autorise de nouveaux. L’Union suisse des paysans met en garde contre de nouvelles mesures et demande de faire une pause. À défaut, la production d’aliments en Suisse est menacée.

Des scientifiques appellent à la raison
Savoir

Des scientifiques appellent à la raison

Le deuxième entretien swiss food avec les médias a réuni trois experts de renommée internationale, issus des domaines de la toxicologie, de la protection des eaux et de la sécurité des denrées alimentaires. Les scientifiques plaident pour plus d’objectivité.

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

En matière de culture végétale, la musique se joue ailleurs
Politique

En matière de culture végétale, la musique se joue ailleurs

La Suisse est un lieu d'innovation, mais malheureusement, cette promesse n'est pas tenue à ce jour en ce qui concerne les méthodes plus modernes de culture des plantes. Là aussi, la Suisse innovante aurait tout intérêt à faire preuve d'ouverture.

Comment protéger efficacement la biodiversité ?
Savoir

Comment protéger efficacement la biodiversité ?

La biodiversité est une importante base de la vie. Le sujet est très actuel : l'obligation de délimiter des surfaces de promotion de la biodiversité dans l'agriculture suisse n'a manifestement pas atteint les objectifs visés. Selon des publications récentes, la biodiversité reste sous pression. C'est l'occasion pour swiss-food de mettre l’accent sur la thématique « biodiversité et agriculture » et d'en éclairer les tenants et les aboutissants lors de son habituelle discussion entre experts.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

Autres contributions dans Production