Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes

Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes

Comme l'utilisation de produits phytosanitaires a été massivement réduite, le secteur de la pomme de terre veut désormais miser sur des variétés plus robustes. Le secteur a même conclu une convention d'objectifs avec la Confédération. Celle-ci est ambitieuse : D'ici 2040, 80% des surfaces cultivées en pommes de terre devront être couvertes de variétés robustes.

mercredi 24 avril 2024

La voie de la baisse des produits phytosanitaires pose problème au secteur de la pomme de terre. Celle-ci exige une réduction des risques liés à l'utilisation de produits phytosanitaires de 50 pour cent d'ici 2027. La culture maraîchère, en particulier, est fortement concernée. Mais l'agriculture est également tributaire des produits phytosanitaires pour la culture des pommes de terre - « aussi bien dans la culture conventionnelle que dans la production bio », écrit Swisspatat dans un communiqué.

Dans le Bauernzeitung, le maraîcher Thomas Wyssa de Galmiz a commenté la situation : « Pour les pommes de terre, il y a déjà des producteurs qui réduisent la surface cultivée ou même l'abandonnent complètement ». Et cela ne devrait pas changer de sitôt : Car après plusieurs années de culture très difficiles pour les pommes de terre, les plants de pommes de terre sont désormais aussi une denrée rare dans toute l'Europe.

80% des surfaces doivent être des variétés robustes

Afin de maintenir malgré tout la production de pommes de terre, le secteur de la pomme de terre veut à l'avenir miser davantage sur des variétés robustes. Comme le rapporte le « Schweizer Bauer », la branche s'est fixé comme objectif, en collaboration avec l'Office fédéral de l'agriculture (OFA), de cultiver des variétés robustes sur 25% des surfaces d'ici 2028. D'ici 2040, ce chiffre devrait même atteindre 80 pour cent. « L'ensemble de la branche de la pomme de terre, avec la production, le commerce et l'industrie de transformation, soutient cet accord », écrit Swisspatat.

Les variétés robustes sont par exemple résistantes au mildiou de la pomme de terre, qui peut entraîner de grosses pertes de rendement, voire une perte totale, en cas d'attaque, ou présentent au moins une certaine tolérance. Cela devrait permettre de réduire l'utilisation de fongicides. C'est très souhaitable, car le cuivre utilisé pour le traitement contre le mildiou ne se dégrade pas, mais s'accumule dans le sol.

De nouvelles obtentions donnent de l'espoir

Les résultats d'un projet de recherche mené par Swisspatat et Agroscope le confirment : il est ainsi possible de réduire de plus de 50 pour cent le nombre d'applications de fongicides sur les variétés de pommes de terre robustes. « Les variétés de pommes de terre robustes peuvent, avec des outils tels que les modèles de prévision, apporter une contribution importante à la réduction de l'utilisation de produits phytosanitaires », peut-on lire dans le communiqué de presse de Swisspatat.

Il y a toutefois un problème : la sélection de variétés robustes prend énormément de temps. Selon Swisspatat, il faut entre 12 et 15 ans pour qu'une nouvelle variété de pomme de terre soit mise sur le marché.

Cela s'explique entre autres par les nombreuses exigences auxquelles les nouvelles variétés doivent répondre. En font partie des conditions telles que la tolérance à la chaleur et à la sécheresse, la capacité de stockage, l'aptitude à la transformation en produits à base de pommes de terre ainsi que la sensibilité aux virus lors de la multiplication ou la résistance aux maladies.

Les médias ne tiennent pas compte du fait que les nouvelles technologies de sélection, telles que l'édition du génome, offrent la possibilité de créer des variétés plus robustes et d'augmenter les rendements. Celles-ci accélèrent considérablement le processus de sélection. Toujours dans l'optique d'une réduction massive des produits phytosanitaires, l'Union suisse des paysans a reconnu le potentiel des nouvelles technologies de sélection et se montre ouverte à leur égard.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

CRISPR/Cas9 pour lutter contre le mildiou
Nouvelles techniques de sélection végétale Recherche

CRISPR/Cas9 pour lutter contre le mildiou

La méthode Crispr/Cas, récompensée par un prix Nobel, permet désormais la culture de variétés résistantes et pourrait ainsi réduire l’utilisation de pesticides dans l’agriculture.

Cet essai en plein champ va-t-il révolutionner la production d'orge ?
Actualité

Cet essai en plein champ va-t-il révolutionner la production d'orge ?

Le premier essai en plein champ de Suisse utilisant des plantes issues de nouvelles technologies de sélection débutera ce printemps à Zurich. Concrètement, il s'agit de cultiver une orge de printemps qui produit plus de grains par épi. Si l'essai fonctionne, cette technologie devrait être d'un grand intérêt pour l'agriculture suisse.

Sélection de précision : la Grande-Bretagne autorise la culture de plantes obtenues par édition génomique
Nouvelles techniques de sélection végétale Actualité

Sélection de précision : la Grande-Bretagne autorise la culture de plantes obtenues par édition génomique

La Grande-Bretagne a modifié sa législation pour autoriser l’exploitation commerciale des nouvelles techniques de sélection. Jusqu’à présent, elles étaient soumises aux mêmes règles restrictives que celles qui sont en vigueur dans l’UE. Grâce à cette révision, les agriculteurs britanniques ont à présent le droit de cultiver des plantes qui ont été obtenues par édition génomique. Ils disposent ainsi d’un outil de plus pour affronter le changement climatique et rendre l’agriculture plus durable.

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Boire de l'eau sans crainte
Actualité

Boire de l'eau sans crainte

La pureté de différentes eaux minérales a été analysée pour l'émission romande de consommateurs « A Bon Entendeur ». Dans certaines d'entre elles, des résidus de produits de dégradation du produit phytosanitaire chlorothalonil ont été trouvés. Selon l'écotoxicologue Nathalie Chèvre de l'Université de Lausanne, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter.

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières
Actualité

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

Cela s'est passé à Seldwyla. Afin de mieux doser le trafic d'accès à la ville, il a été décidé d'installer des «portiers» sur les axes d'entrée, c'est-à-dire des signaux lumineux qui stoppent le trafic individuel et donc l'accès à la ville au moyen d'un feu rouge lorsque le trafic est bloqué dans la ville elle-même.

Autres contributions dans Actualité