Des avis
Jan Grenz

«L’agriculture joue un rôle de pilier»

Jan Grenz est maître de conférences sur la durabilité à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL. Dans son texte, il met en lumière l’évolution historique du concept de développement durable, et montre à quel point chacun a un rôle à jouer dans l’établissement d’un environnement plus viable.

vendredi 17 septembre 2021

Si l’on tape «agriculture durable» dans Internet, on obtient 301 000 résultats. L’un d’eux est l’art. 104 de la Constitution fédérale, qui dit que la Confédération veille à «une production répondant à la fois aux exigences du développement durable et à celles du marché». Un autre est le Département fédéral des affaires étrangères, qui cite le deuxième objectif des Objectifs de développement durable des Nations Unies: «Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable». De nombreux résultats mènent à des entreprises. Parmi elles figurent Syngenta, John Deere, Fenaco et un grand nombre d’entreprises laitières.


Pourquoi écrire le 301 001e texte? Parce qu’il vaut la peine de remonter aux sources du développement durable. Le terme a émergé à plusieurs reprises. En 1713, Hans Carl von Carlowitz, administrateur de mines d’argent en Saxe, publia «Sylvicultura oeconomica», un ouvrage qui plaidait en faveur de l’utilisation soutenable des forêts. L’exploitation des mines et des fonderies et la croissance démographique nécessitait toujours plus de bois, de sorte qu’une pénurie menaçait. H. C. Carlowitz demanda de ne pas couper plus de bois qu’il n’en pousse. Une exigence d’apparence banale, mais qui requiert cependant de connaître précisément la quantité de bois qui croît et celle qui est prélevée. On y arriva grâce à des mesures, à des cartes, à des contrôles et à des interdictions. Si, plus tard, la pression sur la forêt n’augmenta pas en dépit de la croissance de l’économie et de la population, c’est pour d’autres raisons: l’arrivé des machines fonctionnant au charbon. Cela suppose d’exploiter les mines de charbon, mais non de les exploiter, contrairement à la forêt. Dans les nouvelles industries, le développement durable n’était pas un motif de préoccupation.


Malgré de nombreux progrès, l’agriculture telle que pratiquée aux alentours de 1900 était encore très éloignée de celle que nous connaissons aujourd’hui. Un tiers de la population travaillait dans l’agriculture. La plupart des 240 000 exploitations avaient moins de cinq hectares, et beaucoup étaient autosuffisantes. On récoltait une tonne de blé ou cinq tonnes de pommes de terre à l’hectare, et une vache produisait 2800 kg de lait. Le tracteur, les engrais azotés, les antibiotiques, la radio, la voiture et les vacances à l’étranger étaient de la musique d’avenir. À vingt ans, un individu avait à la naissance une espérance de vie de 40 ans. La mortalité infantile était élevée. Peu à peu, les engrais minéraux, les tracteurs et les produits phytosanitaires firent entrer la campagne dans l’ère industrielle. L’agriculture se transforma en un métier à forte intensité de capital. La dépendance à l’industrie et au capital provoqua chez certains un malaise d’où émergea l’agriculture biologique. De nombreuses expérimentations furent menées pour une agriculture et une alimentation saines. Le terme soutenable employé en sylviculture ne s’était toutefois pas encore diffusé.


L’humanité poursuivit sur sa lancée et s’accapara toujours plus de terres. En 1900, un ménage possédait environ 180 objets, contre 10 000 aujourd’hui. Nous consommons huit fois plus d’énergie, vivons deux fois plus longtemps et avons multiplié par huit le rendement à l’hectare et par trois celui des vaches laitières. Le climat s’est réchauffé de 1,8°C et des tonnes de substances nutritives disparaissent chaque année dans l’environnement. Que notre prospérité puisse avoir un jour un prix à payer avait été un sujet de discussion dès les années 1970. Le développement durable connut alors une seconde naissance en politique. En 1987, la Commission des Nations Unies sur l’environnement et le développement demanda que le développement durable réponde aux besoins des générations présentes et futures et qu’il protège les bases naturelles de l’existence. Au sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, presque tous les États s’engagèrent sur la voie du développement durable, où ils se trouvent encore aujourd’hui dans le cadre des Objectifs de développement durable. Tandis que la population et l’économie ont enregistré une croissance considérable depuis Carlowitz, la part de l’agriculture s’est réduite à 3% des actifs occupés et à 0,6% du PIB. Beaucoup voient dorénavant l’agriculture comme une activité polluante qui ne contribue pas beaucoup à la croissance économique. C’est une erreur de jugement. L’agriculture est notre plus grande interface avec l’environnement naturel et elle est indissociable de la société dans son ensemble. Dans un immeuble de 100 étages, il ne viendrait à l’idée de personne de critiquer les habitants du rez-de-chaussée parce qu’ils consomment du terrain ou parce qu’ils se trouvent au niveau de l’arrivée d’eau et de l’évacuation des eaux usées.


L’agriculture joue un rôle de pilier pour parvenir à un développement durable. Ce développement est cependant de la responsabilité de chacun de nous. Avec le bio et l’agriculture intégrée, la Suisse compte deux systèmes qui concourent efficacement à une agriculture durable et qui permettent aux consommateurs d’assumer une part de leurs responsabilités. De nombreuses histoires ont aussi bien fini. Nous pouvons en tirer des leçons pour surmonter les crises à venir. Par exemple, que les mesures, les cartes, les contrôles et les interdictions seront toujours nécessaires. Mais surtout que nous ne parviendrons à un développement durable que dans la coopération.

Jan Grenz est professeur de développement durable à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaire HAFL. Cet article est paru à l’origine dans le numéro spécial jubilé du Schweizer Bauer daté 11 septembre 2021.

Réorientation du «génie génétique»

Raphael Bühlmann

Raphael Bühlmann

Diplômé en agriculture et en gestion d'entreprise FH.

La politique semble résistante aux faits

Beat Keller

Beat Keller

Beat Keller ist Professor für Molekulare Pflanzenbiologie an der Universität Zürich

«Des procédures précises nécessitent des règles libérales»

Jürg Niklaus

Jürg Niklaus

Jürg Niklaus est docteur en droit et s'engage pour la sélection végétale.

Plus de pesticides, plus d'OGM : comment vaincre la faim.

Markus Somm

Markus Somm

Journaliste, publiciste, éditeur et historien

« La crainte des plantes génétiquement modifiées est infondée »

Anke Fossgreen

Anke Fossgreen

Responsable de l'équipe du savoir Tamedia

« La politique n’a pas le droit de pousser les prix de l’alimentaire encore plus vers le haut »

Babette Sigg Frank

Babette Sigg Frank

Présidente du Schweizerisches Konsumentenforum

Saisir l'opportunité de la biotechnologie verte

Roman Mazzotta

Roman Mazzotta

Président national de Syngenta Suisse

« La durabilité, c’est plus que ça »

Hendrik Varnholt

Hendrik Varnholt

Responsable de la rubrique Industrie chez Lebensmittel Zeitung

« Un tiers de bio ne résout pas le problème »

Olaf Deininger

Olaf Deininger

Rédacteur en chef du développement des médias agricoles

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

Saori Dubourg

Saori Dubourg

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

« La plupart des craintes concernant les pesticides sont infondées »

Michelle Miller

Michelle Miller

Chroniqueuse pour Genetic Literacy Project et AGDaily

Contenu en anglais

L'agriculture a besoin de nouvelles technologies

Erik Fyrwald

Erik Fyrwald

Président-Directeur général de Syngenta Group

« Les pesticides chimiques modernes sont plus que jamais nécessaires »

Jon Parr

Jon Parr

Président de Syngenta Crop Protection

Contenu en anglais

« Qui a peur des méchants OGM ? »

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

Contenu en allemand

«Ce que nous apporte la sélection végétale»

Achim Walter

Achim Walter

Professeur de phytotechnie à l’EPFZ

«La place de la recherche et de l'industrie a besoin d'une impulsion»

Jan Lucht

Jan Lucht

Directeur de la biotechnologie chez Scienceindustries

Contenu en allemand

«L’agriculture joue un rôle de pilier»

Jan Grenz

Jan Grenz

Professeur de durabilité, Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL

«Mieux comprendre les mécanismes d'action de la nature»

Urs Niggli

Urs Niggli

Agronome et président d’Agroecology Science.

Contenu en allemand

«Le public occulte complètement l’aspect quantitatif»

Michael Siegrist

Michael Siegrist

Professeur de comportement des consommateurs, EPF Zurich

«Le bio est-il vraiment plus sain?»

Anna Bozzi

Anna Bozzi

Responsable du domaine Alimentation et secteur agricole chez scienceindustries

«La biotechnologie et la protection de l’environnement vont main dans la main»

Dr. Teresa Koller

Dr. Teresa Koller

Scientifique à l’Institut de biologie végétale et microbiologie de l’Université de Zurich.

«La génération Greta fera table rase des paradigmes.»

Bruno Studer

Bruno Studer

Professeur en sélection végétale moléculaire à l’EPFZ

«Surmonter le fossé ville-campagne avec une politique agricole constructive»

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

«Nous protégeons ce que nous exploitons»

Regina Ammann

Regina Ammann

Responsable du développement durable chez Syngenta Suisse

Articles similaires

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Boire de l'eau sans crainte
Actualité

Boire de l'eau sans crainte

La pureté de différentes eaux minérales a été analysée pour l'émission romande de consommateurs « A Bon Entendeur ». Dans certaines d'entre elles, des résidus de produits de dégradation du produit phytosanitaire chlorothalonil ont été trouvés. Selon l'écotoxicologue Nathalie Chèvre de l'Université de Lausanne, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter.

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières
Actualité

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

Cela s'est passé à Seldwyla. Afin de mieux doser le trafic d'accès à la ville, il a été décidé d'installer des «portiers» sur les axes d'entrée, c'est-à-dire des signaux lumineux qui stoppent le trafic individuel et donc l'accès à la ville au moyen d'un feu rouge lorsque le trafic est bloqué dans la ville elle-même.