40% de perte de récolte: fin de parcours pour les cortèges de raves?

40% de perte de récolte: fin de parcours pour les cortèges de raves?

Les traditionnels cortèges de raves se dérouleront en novembre. Mais, selon l’Aargauer Zeitung, la production de raves est toujours plus difficile pour les agriculteurs. En effet, en raison du retrait du marché de produits phytosanitaires importants, il est toujours plus difficile de protéger les raves des nuisibles et des maladies.

mardi 8 novembre 2022

Les cortèges auront bientôt lieu dans toute la Suisse alémanique. On entend alors chanter dans les rues «Räbeliechtli, Räbeliechtli…». Le cortège des raves est considéré comme l’équivalent de la fête d’Halloween américaine et est né dans les années 1860. Les raves d’automne nécessaires sont vidées par les enfants et la partie externe sculptée artistiquement. Lorsqu’on allume une bougie à l’intérieur de la rave, le légume se transforme en ravissant lampion à porter en défilant dans la rue.


La qualité des raves est décisive

Christoph Hagenbuch, agriculteur et président de l’Association des agriculteurs d’Argovie, cultive lui-même des raves d’automne ou navets sur 1,5 hectare. La qualité des raves est importante pour les cortèges des raves. «Elle doivent être bien blanches en bas et violettes en haut. Ce sont les couleurs vives qui créent un contraste lorsqu’une bougie scintille dans le lampion», explique Christoph Hagenbuch à l’Aargauer Zeitung. Les raves abîmées ne sont pas appréciées des enfants.

La chaleur excessive peut nuire à la qualité des raves. C’est pourquoi il a dû ressemer durant l’été 2022, très chaud. Le sol doit contenir suffisamment de terre fine et d’humidité. Par ailleurs, il faut veiller à ce que les raves d’automne soient toujours plantées à un endroit différent. Dans le cas contraire, les nuisibles survivants de l’année dernière peuvent à nouveau attaquer les nouvelles semences. C’est pourquoi le respect de la rotation des cultures, mais aussi une bonne fertilisation et une bonne protection phytosanitaire sont des facteurs décisifs.


Le manque de produits phytosanitaires augmente les pertes de récolte

C’est justement là le problème. Les mouches de chou et les vers fil de fer sont source de préoccupation pour les agriculteurs – dans le cas des raves d’automne, mais également des choux de Bruxelles et des oignons. Le problème avec les raves: «Les autorisations pour les produits contre les insectes ont expiré en 2017 et 2019», explique Christoph Hagenbuch. Seuls quelques fongicides – des produits actifs contre les champignons – peuvent encore être utilisés. Un grand nombre de produits phytosanitaires ayant perdu leur autorisation, Christoph Hagenbuch a dû augmenter sa surface de culture pour les raves afin de compenser les 30 à 40% de perte de récolte.

La suppression d’autant de produits phytosanitaires entraîne automatiquement une augmentation des pertes de récoltes et donc du gaspillage alimentaire. «En principe, c’est une bonne chose d’utiliser moins de produits phytosanitaires. Moins de produits phytosanitaires signifie toujours un risque plus élevé de perte de récolte», explique Christoph Hagenbuch. Et entraîne une hausse des prix des denrées alimentaires régionales. Les agriculteurs doivent exploiter des surfaces plus importantes pour obtenir les mêmes récoltes. En parallèle, les importations de denrées alimentaires augmentent. Les exigences élevées des consommatrices et des consommateurs viennent s’y ajouter. Il en va de même pour les lanternes de raves: selon Christoph Hagenbuch, les traces de passage sur les raves sont considérées comme dégoûtantes par certains enfants. Pourtant, de nombreux produits présentant des dégâts minimes pourraient tout à fait être consommés.

Photo: Wikipedia. Micha L. Rieser.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité