La consommation de viande bio en recul

La consommation de viande bio en recul

Les Suisses achètent toujours moins de viande labellisée. Simultanément, pour la première fois depuis longtemps, la consommation de viande est repartie à la hausse. C’est ce qui ressort d’une analyse du Schweizer Tierschutz (STS).

lundi 27 juin 2022

Durant la pandémie de coronavirus, les ventes de produits bio ont atteint de nouveaux sommets. Jamais encore les consommateurs suisses n’en avaient acheté autant. Comme l’écrit le «Tages-Anzeiger» en s’appuyant sur des chiffres publiés par le Schweizer Tierschutz, les ventes de viande bio ou labellisée ont toutefois reculé au cours de ces dernières années. Concrètement, rapportée à la part de la viande conventionnelle, la part de la viande de bœuf labellisée est passée de 36,6% à 31,9% entre 2020 et 2021, soit un recul de presque 5 points. Une diminution similaire s’observe pour la viande de porc. Dans ce segment, la part des produits respectant le bien-être animal est passée de 35% à 30,5%. La production de poulet labellisé se maintient à 8%, alors que les Suisses consomment aujourd’hui environ deux fois plus de poulet qu’il y a quarante ans.


Les produits labellisés jusqu’à deux fois plus chers

La part des bêtes sous label dans le total des bêtes qui ont été abattues à des fins de consommation a atteint 12% en 2021. C’est 0,2% de moins qu’en 2020. Pour Stefan Flückiger, codirecteur du STS, le bien-être animal est en crise. Nul doute que ce cri d’alarme est aussi lancé dans la perspective de la votation sur l’initiative contre l’élevage intensif de l’automne prochain. L’association tente de faire croire que les agriculteurs qui renoncent à une production labellisée ne respectent pas le bien-être animal. Cette allégation ne résiste pas à l’examen. Selon l’association, le recul de la consommation de viande labellisée est dû surtout à des raisons de prix. En effet, un produit labellisé peut coûter deux fois le prix d’un produit carné issu de l’élevage conventionnel. Durant la crise sanitaire, les consommateurs ont fait plus attention aux prix, déclare Stefan Flückiger. Dans les colonnes du «Tages-Anzeiger», Mathias Binswanger, économiste, livre un complément d’explication. Sur le segment Premium, les distributeurs Migros et Coop exploitent leur position commerciale et font grimper les prix vers le haut. Sur le segment conventionnel, ils se livrent une féroce bataille sur les prix.

Le prix, le facteur le plus important

Si de nombreux consommateurs suisses se soucient du bien-être animal dans l’élevage, le monde n’est ni tout noir, ni tout blanc. Renoncer à se faire labelliser ne signifie pas encore pratiquer la torture animale. Ce qui compte en dernier lieu, c’est le prix. Comme le montre une étude de 2020 de la station de recherche Agroscope, le prix est un puissant levier pour influer sur les ventes de viande bio: les ventes de bœuf bio pourraient augmenter de 50% si le prix diminuait de 20%; les ventes de porc bio pourraient quant à elles s’accroître de 60%. Le STS en appelle à la responsabilité des distributeurs, mais aussi de la restauration, qui devrait plus se soucier du bien-être animal sur la carte des mets. Il faut éviter les conclusions simplificatrices, avertit la branche: la viande conventionnelle ou la viande importée n’est pas forcément une viande issue d’élevages qui ne respectent pas le bien-être animal.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

De la viande produite en laboratoire ?

La viande produite en laboratoire pourrait bientôt remplacer la production de viande à la ferme. En Israël surtout, plusieurs start-ups s’activent pour produire de la viande à partir de cellules souches. Si les propriétés organoleptiques convainquent, les effets d’échelle se font encore attendre. En effet, la plupart des installations sont encore au stade pilote, écrit la NZZ. Ce n’est que lorsqu’une production à grande échelle sera possible que les prix de la viande de laboratoire diminueront. L’accueil des consommateurs sera un facteur clé. En raison de la raréfaction des ressources au niveau planétaire, nous devrons tous modifier nos habitudes alimentaires et prendre conscience que les aliments produits en bioréacteur peuvent être durables. Une chose est certaine : les technologies innovantes seront inévitables pour garantir une chaîne agroalimentaire durable dans toutes ses dimensions. Elles contribueront aussi à rendre l’élevage plus durable, à condition qu’elles soient autorisées. L’élevage aura toujours une place dans l’agriculture, car il est nécessaire à la production d’engrais et au cycle agricole. C’est encore plus vrai dans l’agriculture régénérative que dans l’agriculture bio, car sans bétail, il n’y a pas d’engrais.

Articles similaires

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Boire de l'eau sans crainte
Actualité

Boire de l'eau sans crainte

La pureté de différentes eaux minérales a été analysée pour l'émission romande de consommateurs « A Bon Entendeur ». Dans certaines d'entre elles, des résidus de produits de dégradation du produit phytosanitaire chlorothalonil ont été trouvés. Selon l'écotoxicologue Nathalie Chèvre de l'Université de Lausanne, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter.

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières
Actualité

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

Cela s'est passé à Seldwyla. Afin de mieux doser le trafic d'accès à la ville, il a été décidé d'installer des «portiers» sur les axes d'entrée, c'est-à-dire des signaux lumineux qui stoppent le trafic individuel et donc l'accès à la ville au moyen d'un feu rouge lorsque le trafic est bloqué dans la ville elle-même.

Autres contributions dans Actualité