La recherche financée par l’industrie augmente les rendements de cultures importantes

La recherche financée par l’industrie augmente les rendements de cultures importantes

Les céréales telles que le riz, le blé et le maïs fournissent une grande partie des calories consommées dans le monde. Les cultures tels que le tef et le manioc ont été négligées jusqu’à présent. Les progrès de la recherche rendent toutefois leur culture plus attrayante. C’est particulièrement important au regard du changement climatique.

mercredi 11 janvier 2023

Les trois variétés de céréales, à savoir le riz, le maïs et le blé, fournissent environ 50% des calories consommées par les humains. Elles jouent un rôle essentiel sur le marché mondial. Les «Cultures orphelines» – des cultures jusqu’alors plutôt négligées par la recherche et l’agriculture – n’ont jamais pu s’établir sur le marché mondial. Le sorgho nain (tef) ou le manioc en font notamment partie. Un grand nombre des «cultures orphelines» sont cultivées dans les pays en voie de développement et y jouent un rôle important pour la sécurité alimentaire. Comme le rapporte la NZZ am Sonntag, leur importance pourrait augmenter grâce à une intensification de la recherche.


De meilleures récoltes grâce à de nouvelles variétés

Le tef et le manioc se distinguent par leurs faibles exigences envers leur environnement. En effet, les plantes poussent également sur des sols pauvres et secs, et sont relativement résistantes aux influences environnementales. Par ailleurs, elles sont riches en nutriments tels que le zinc ou le fer. Les faibles rendements constituent toutefois un problème, raison pour laquelle la culture du tef et du manioc a longtemps été considérée comme peu intéressante. La sélection de nouvelles variétés est un facteur décisif pour augmenter les rendements. Une nouvelle variété de tef le prouve selon la NZZ am Sonntag. «Le tef possède un faible index glycémique et ne contient pas de gluten, ce qui explique l’augmentation de la demande globale», explique Zerihun Tadele, biologiste d’origine éthiopienne à l’université de Berne qui étudie et améliore le tef depuis près de deux décennies dans le cadre du Tef Improvement Project, avec le financement de fondations industrielles. Les tiges plus courtes et plus fortes rendent la plante plus résistante. Grâce à cette innovation, les rendements de tef ont pu passer de 1,7 à 3 tonnes par hectare en Éthiopie, le pays d’origine du tef. Ce qui correspond au rendement moyen du blé dans le pays.


«La méthode la plus simple vers l’objectif»

Les cultures orphelines sont principalement plantées dans l’hémisphère sud où la population devrait connaître la plus forte croissance au cours des prochaines décennies. Pour renforcer la sécurité de l’approvisionnement régional, les plantes ancrées localement comme le tef mais également le manioc doivent fournir des récoltes plus élevées et plus fiables. Et pour ce faire, la recherche est nécessaire. Le manioc nourrit environ un milliard de personnes. Bien que la plante soit tolérante à la sécheresse et se développe sur des sols pauvres, elle est sensible aux maladies virales.

Avec son équipe, Wilhelm Gruissem, professeur émérite de l’EPF de Zurich, a découvert un gène résistant à la mosaïque du manioc au moyen de l’analyse génomique: «Il est possible que le gène puisse être édité avec précision au moyen des ciseaux génétiques CRISPR/Cas afin d’obtenir des plantes résistantes», explique Wilhelm Gruissem à la NZZ am Sonntag. L’analyse génomique est toutefois moins avancée dans le domaine des cultures orphelines. Pour obtenir des résultats, il faut surtout faire preuve d’ouverture d’esprit. «En matière de sélection végétale, nous devrions choisir la méthode la plus simple pour atteindre notre objectif... en faisant fi de toute idéologie», explique Wilhelm Gruissem. Ces percées ont été rendues possibles par des fondations, la Bill & Melinda Gates Foundation dans le cas du manioc et la Syngenta Foundation dans celui du tef.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité