Agriculture intensive durable pour un système alimentaire résilient

Agriculture intensive durable pour un système alimentaire résilient

Dans une prise de position, le parti allemand FDP demande de réorienter la politique agricole européenne. Selon lui, l’agriculture extensive doit céder la place à une «agriculture intensive écologique». Pour cela, le FDP mise sur l’innovation. Des nouvelles techniques de sélection végétale et des produits phytosanitaires plus respectueux de l’environnement permettront d’augmenter la productivité et d’alléger la charge qui pèse sur l’environnement. Cette prise de position a aussi valeur de critique envers le Pacte vert européen.

vendredi 11 mars 2022

Réuni en conclave, le Comité agricole du Bundestag a discuté de la situation actuellement difficile sur les marchés agricoles mondiaux. À cause de la guerre en Ukraine, le cours du blé flirte avec les sommets. La hausse des prix aura des conséquences sur la faim dans le monde. Comme l’écrit la plateforme d’information en ligne «nau.ch», la CDU/CSU et le FDP exigent de réorienter la politique agricole européenne pour surmonter la crise. L’accent doit être mis sur la sécurité alimentaire. Dans une prise de position, le FDP demande une stratégie à long terme capable de rendre l’agriculture plus résiliente, incluant l’offre de denrées alimentaires et ses chaînes d’approvisionnement.


Innovation plutôt que régression

Concrètement, le FDP demande par exemple d’abandonner la mise en jachère. En vertu du Pacte vert européen, les agriculteurs sont tenus de laisser quatre pour cent de leurs terres en jachère. Si l’on veut rendre l’agriculture plus productive, cette règle est malvenue, estime le FDP. Le parti demande d’y renoncer complètement. De même, l’extension de l’agriculture écologique et la diminution de l’utilisation des pesticides de synthèse ne sont pas la bonne méthode pour garantir la sécurité alimentaire. Le FDP voudrait instaurer une «agriculture intensive écologique», c’est-à-dire augmenter la production agricole sans porter atteinte à l’environnement. Pour cela, le FDP mise entre autres sur les plantes cultivées obtenues à l’aide des nouvelles méthodes de sélection. En ce qui concerne la protection phytosanitaire, le PDP exige un «cadre propice à l’innovation, aux niveaux européen et national» pour permettre l’emploi de produits dotés de principes actifs améliorés.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité