Des viticulteurs français plaident en faveur de nouvelles méthodes de sélection

Des viticulteurs français plaident en faveur de nouvelles méthodes de sélection

Afin de conférer aux cépages traditionnels des résistances aux maladies et à la sécheresse, des vignerons français revendiquent l’autorisation des nouvelles technologies génomiques dans la vigne. Plutôt que de se lancer dans de laborieuses procédures pour cultiver de nouvelles variétés de raisin, ils préconisent de recourir aux ciseaux génétiques pour optimiser les cépages appréciés des consommateurs.

lundi 7 février 2022

La plateforme spécialisée en ligne Vitisphere a consacré un article à la pratique de l’édition du génome dans la viticulture. Dans une lettre ouverte adressée à l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) et à l’Établissement national des produits de l’agriculture et de la mer FranceAgriMer, André Baniol, vigneron de la région de Nîmes, a demandé l’assouplissement des restrictions en matière d’édition génomique dans la vigne. Les nouvelles technologies très précises de sélection permettraient de rendre les cépages existants plus résistants aux nuisibles et à la sécheresse. Le viticulteur y voit un moyen de sortir des pesticides sans modifier les cépages connus: «Ils recevraient simplement les gènes de résistance aux maladies cryptogamiques, sans perdre ni leurs caractéristiques organoleptiques, ni leur patronyme, clé d’accès incontournable au marché», écrit-il.


Avantages pour la protection de l’environnement

Secrétaire général de l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV) et vigneron dans le Centre-Val de Loire, Aynard de Clermont-Tonnerre lui donne raison: «Contrairement aux OGM, les nouvelles technologies génomiques (NTG) permettent de réaliser des modifications bénignes sans conséquences inconnues ou dangereuses», affirme-t-il. Seul problème: depuis 2021 en Europe, les nouvelles technologies génomiques telles que les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9 sont soumises à la même réglementation que les OGM. Or, sans recours à la génétique, la réduction de 50% d’ici 2030 de l’utilisation des produits phytosanitaires demandée par l’Europe est impossible: «Ne pas bouger serait un désastre écologique», poursuit Aynard de Clermont-Tonnerre. Un avis que partage Christiane Nüsslein-Volhard, généticienne allemande récompensée d’un prix Nobel, dans un article paru dans le journal Frankfurter Allgemeinen Zeitung. Selon elle, la raison impose d’utiliser les ciseaux génétiques dans l’agriculture biologique.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité